Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 janvier 2012 4 05 /01 /janvier /2012 22:11

La Psychogénéalogie

 

Elle étudie l’influence des membres de sa famille, spécialement celle des générations qui l’ont précédée, sur le psychisme et sur la vie d’un individu, en lui faisant prendre conscience de ces pesanteurs, pour le libérer des emprises familiales l’empêchant de s’épanouir.

Proche de la Psychothérapie, la psychogénéalogie s’appuie sur trois processus essentiels : les projections, les identifications et les répétitions.

La psychogénéalogie est une théorie développée dans les années 1970 par le Pr Anne Ancelin Schützenberger(Université de Nice) selon laquelle les événements, traumatismes, secrets, conflits vécus par les ascendants d'un sujet conditionneraient ses troubles psychologiques, ses maladies, et ses comportements étranges ou inexplicables.

Pour élaborer cette théorie, Anne Ancelin Schützenberger s'est fondée sur ses propres observations, et sur des concepts issus de la psychanalyse, de la psychologie, de la psychothérapie et de la systémique. Aujourd'hui, cette approche a donné lieu à de nombreuses pratiques psychothérapiques très différentes, certaines étant l'objet de vives critiques.(§ Wikipédia)

En sus de Mme Schützenberger, (§ livres ‘’Aïe, mes Aïeux !’’ et ‘’Ces enfants malades de leurs parents’’),  cette science encore jeune, doit beaucoup aux travaux de la psycho généalogiste Chantal RIALLAND (§ livre ‘’Cette famille qui vit en nous’’)

 

La ‘’Noblesse’’ : questions de Droit

Autrefois, la noblesse permettait de bénéficier de certains avantages et privilèges : se qualifier d’Ecuyer, porter l’épée, ‘’timbrer’’ son blason d’un heaume, porter un titre, être exempt de payer la Taille (impôt direct de l'Ancien Régime français, le plus impopulaire avec la gabelle. Il devient annuel et permanent en 1439 lors de la guerre de Cent Ans) et de loger les gens de guerre, ne pas être jugé par les prévôts –juges du Droit commun-

Dès lors qu’il pouvait prouver un certain nombre de Quartiers de Noblesse, un individu pouvait ainsi accéder à certains chapitres ecclésiastiques ou à des ordres de chevalerie, comme celui de Malte.

De nos jours, la noblesse n’a plus d’effet juridique ; mais la loi reconnaît et protège les titres en tant que complément du nom. La jurisprudence considère donc que seul le chef de famille, dit couramment ‘Chef de nom et d’Armes’, a droit au titre, ignorant l’habitude, autrefois condamnée et fort répandue aujourd’hui, de déclinaison des titres (faisant du fils du marquis un comte et du fils du comte un vicomte ou un baron). Seul, le Service du Sceau de France est compétent en la matière et le Code Pénal punit comme délit d’utilisation d’un nom ou d’un titre auquel on n’a pas droit. De la même façon, armoiries et blasons sont protégés, personne n’ayant la possibilité de porter, d’utiliser ou de copier un blason** qui n’est pas celui de sa famille patronymique directe. La femme mariée n’a droit qu’à l’usage viager des armoiries de la famille de son mari.  

** le Blason naquit sur les champs de bataille à l’époque des Croisades, pour permettre aux chevaliers tout caparaçonnés de leurs armures de s’identifier plus aisément par ce que nous appellerions aujourd’hui un ‘logo’ personnalisé, représenté sur leur bouclier ou écu (d’où notre moderne ‘’écusson’’)

 

La ‘’Fausse Noblesse’’ à la conquête de la Particule

Expression d’une nostalgie ? Volonté de se distinguer ? L’obsession nobiliaire demeure bien vivante en France. Si certains se contentent, dans la vie quotidienne, de rallonger eux-mêmes leur nom sur leur carte de visite, nombreux sont ceux qui sollicitent du Conseil d’Etat un lifting officiel par le biais d’une demande de changement de nom. D’autres n’hésitent pas à se faire adopter par quelque parent noble, afin de récupérer ainsi un nom souvent long et encombrant, mais qu’ils sauront ensuite alléger, dans le quotidien, de façon avantageuse. Cette pratique a même fait naître de curieux commerces, spécialisé dans le monnayage d’adoptions. Des titulaires ruinés et sans héritier de titres allemands ou autrichiens acceptent, en échange d’énormes sommes (plusieurs milliers d’euros), de les voir transmis aux descendants de parvenus, obsédés par la magie d’un patronyme ainsi rehaussé.

La Révolution reste associée à de nombreuses légendes de particules ‘’perdues’’ ou ‘’recollées’’ : de voir les ‘LEROI’ de 1787 devenir des ‘LEROY’ en 1820, ou ‘les du PONT’ devenir des ‘DUPONT’

 

 

Combien de princes français authentiques dénombre-t-on en France ?

Un seul en 1998 ! !

Il a 48 ans, s’appelle Victor-André MASSENA. Il  est le 5ème Duc de Rivoli et le 7ème Prince d’Essling, titre porté par les descendants de celui que Napoléon appelait ‘’l’enfant chéri de la victoire’’

On exclut ici, bien sûr, les titres de princes attachés à des familles françaises, mais qui sont, quant à eux, d’origine étrangère. Ainsi, si ‘’les Broglie’’ sont des ducs français, ils sont des princes du Saint Empire.(note : même Stéphane BERN, ne doit pas le savoir - né le 14 novembre 1963 à Lyon,  est journaliste, animateur de radio, présentateur de télévision et écrivain français d'origine luxembourgeoise. Il est connu comme spécialiste du gotha et des têtes couronnées.)

 

 

 

La fleur de lis ou de lys………………………

Ses origines, très débattues, sont toutes environnées de légendes. On a dit que trois fleurs de lis auraient été envoyées à Clovis, le premier roi chrétien, par un ange de Dieu, pour remplacer les trois crapauds qu’il portait sur son bouclier…..Impossible : les armoiries n’existent que depuis la première moitié du  XIIème siècle.

En fait, cette figure semble surtout liée au symbole marial.  (C’est l'une des quatre figures les plus populaires avec les multiples croix, l'aigle et le lion. Elle est habituellement classée parmi les figures naturelles. Symbole marial pré-héraldique, elle est devenue à partir du Moyen Âge, d'or sur champ d'azur, l'emblème de la royauté française. Il s'agit également de l'un des plus anciens emblèmes au monde. La fleur de lys a peu à voir avec le lys (Lilium sp) que l'on trouve dans les jardins (utilisé plus rarement en héraldique sous le nom de lys (ou lis) de jardin § Wikipédia).

Le premier Capétien à avoir des fleurs de lis sur son sceau est le fils ainé de Philippe Auguste (le futur Louis VIII), avant qu’il n’hérite de la couronne paternelle. (Un emploi du semis de lys attesté se trouve sur un sceau du prince Louis, futur Louis VIII, en 1211. Semis qui est remplacé en1375 par trois fleurs de lys, Elle est couramment représentée sous une forme stylisée, jaune sur fond bleu : d'azur semé de lys d'or ou d'azur à trois lys d'or pour la version «moderne» § Wikipédia).
Les rois de France et leurs descendants ne furent cependant pas les seuls à en porter. Leurs ‘’fonctionnaires’’ l’ont volontiers intégrée à leurs armes, comme bien d’autres familles, notamment en Bretagne et en Poitou, du fait que cette figure était tout simplement des plus classiques en héraldique. Elle n’était en rien ’’réservée’’ et les légendes relatant des concessions de fleurs de lis par les rois de France ressortent donc généralement de la pure fantaisie.

 

 

Les Capétiens : la plus prestigieuse dynastie de tous les temps………

De toutes les dynasties royales du monde, la troisième Maison de France, appelée couramment Capétienne, est sans nul doute la plus prestigieuse. Tout au long des siècles, cette famille, qui est aujourd’hui la plus ancienne famille française, n’a en effet cessé de collectionner des records….

Record d’ancienneté : en France, sur le plan historique et généalogique – des ancêtres en ligne directe connue dès 630 et contemporains de Clovis, soit 41 générations** jusqu’au petit-fils de l’actuel Comte de Paris et 42 générations jusqu’aux fils du roi d’Espagne Juan Carlos.

Record de durée sur un même trône : celui de France – de 987, année du couronnement à Noyon, d’Hugues Capet, à 1793, année de l’exécution de Louis XVI, se sont 806 années de règne interrompu, partagé entre 34 rois ayant régné de un à soixante-douze années. A quoi il faut rajouter les 33 ans de Restauration avec les 3 rois successifs, soit un total de 839 ans et 37 rois.

A l’étranger, les Habsbourg, connus dès 944 et qui devinrent maîtres du Saint Empire en 1448 – dont l’illustre Charles Quint - , s’éteignirent par le sang, avec l’impératrice Marie-Thérèse – branche d’Autriche -, mariée en 1736 à un duc de Lorraine pour les perpétuer dans la nouvelle race de Habsbourg Lorraine.

Les Holstein, issus des comtes d’Oldenbourg du XIème siècle, qui accédèrent au trône du Danemark, Norvège et Suède au XVème siècle, et qui s’y arrêteront avec l’actuelle reine Margarèthe II, pour continuer parallèlement avec les rois actuels de Norvège – les Montpezat -  restent également très loin derrière – en descendent également les derniers tsars de Russie, par l’époux de la Grande Catherine II.

Seuls les Bagration de Géorgie, l’Empire chinois et les empereurs du Japon pourraient prétendre rivaliser, mais avec des filiations incertaines ou légendaires (origines divines – les ancêtres de l’empereur du Japon, qui descendraient directement du Soleil, règneraient depuis l’an 660 avant J.C ! ! ! !, battant largement l’ancien Empire Chinois, qui connut 22 dynasties et quelques 300 empereurs, jusqu’à Pou-YI, l’enfant de 6 ans détrôné en 1912.absence de registres d’Etat Civil)

Record du nombre des rois, reines ou empereurs :appartenant directement à la dynastie et du nombre des trônes occupés, plus ou moins longtemps, par leurs membres. Aux 37 rois de France (ou des Français) il faut en effet ajouter 10 rois ou reines d’Espagne, 27 rois ou reines du Portugal, 4 rois ou reines de Hongrie, 9 rois ou reines de Navarre, 8 rois ou reines de Naples et Sicile, 3 empereurs de Jérusalem, 2 empereurs du Brésil, 2 rois de Pologne, sans oublier nombre de princes, ducs, comtes…….et les anciens souverains du duché de Parme, dont un descendant actuel est grand-duc du Luxembourg.

Record du nombre de saints et saintes, bienheureux et bienheureuses avec, derrière le Grand Saint Louis de France - figure emblématique de la dynastie - Louis de Sicile et Jeanne de France (la fille de Louis XI, première épouse de Louis XII et fondatrice de premier ordre monastique marial), Isabelle (sœur de St Louis) Hedwige de Hongrie, reine de Pologne, cinq infants du Portugal, et deux ‘’vénérables’’ (une fille de Louis VI et une reine de Sardaigne)

Record généalogique : outre les ascendances mythiques les reliant par Pharamond à Priam, roi de Troie, l’insolite ascendance conduisant, par les aïeules espagnoles, jusqu’à Mahomet (Toutes les dynasties régnant ou ayant régné sur des pays musulmans se disent issues de Mahomet : les Alaouites du Maroc, les Katada de Jordanie, les rois d’Arabie, les anciens souverains de Turquie ou d’Egypte).

Les Capétiens descendent aussi quasiment de toutes les dynasties d’Europe dont ils sont, en sens inverse, les ancêtres, d’où les délirants ‘implexes’** généalogiques observés. A partir de 1200, toutes les épouses des rois capétiens, à une exception près, auront du sang capétien dans les veines et les derniers monarques (Louis XVI et ses frères) descendaient de tous les précédents rois de France capétiens ayant une postérité.

Record des descendances naturelles, avec 23 bâtards recensés, eux-mêmes ancêtres de 65 autres. La seule branche des rois du Portugal (issue d’Henri, comte du Portugal,  petit-fils d’un duc de Bourgogne, lui-même frère de d’Henri de France, Henri 1er) en donna 59. Après avoir régné sur ce pays pendant 9 générations, elle reprit le trône, de 1640 à 1853, par la branche bâtarde des Bragance.

 

L’origine des Capétiens est restée longtemps trouble. On les prétendit bien sûr descendants des empereurs romains, et d’abord des Carolingiens et Mérovingiens.

Au fil des siècles, jouant de chance et de hasard, ils arrivèrent donc à se maintenir sur le trône de France : par la branche des Capétiens ‘directs’’, la branche des ‘Valois’ et celle des ‘Bourbons’.

** L'implexe est un terme utilisé en généalogie qui désigne le rapport entre le nombre réel et le nombre théorique d'ancêtres d'une personne.

Le nombre d'ancêtres d'une personne est multiplié par 2 à chaque fois que l'on remonte d'une génération. En comptant en moyenne 25 ans par génération, une personne née en 1975 à 8 ancêtres nés en 1900 (2x2x2), 128 nés en 1800, 2 048 nés en 1700, ..., 2 147 483 648 nés en 1200 alors que la population dans les limites actuelles de la France se montait à l'époque à environ 20 millions d'habitants, et la population mondiale n'a atteint qu’un milliard qu'au XIXe siècle.

La différence entre le nombre théorique et le nombre réel d'ancêtres s'explique par l'existence des mariages entre personnes apparentées. Ce type d'union est accentué en partie par les phénomènes d'endogamie (où l'on choisit son partenaire à l'intérieur du groupe (non seulement social - homogamie - mais aussi géographique, professionnel, religieux), à l'exclusion des personnes touchées par un interdit. L'endogamie ne concerne jamais la famille mais pousse à un mariage préférentiel dans le clan, à un parent proche, comme le cousin ou la cousine.) qui poussaient les membres de la société à trouver un conjoint au sein de la même communauté géographique, parentale ou professionnelle.

La formule de calcul de l'implexe est la suivante :

(Nombre ancêtres théorique à la génération n - nombre réel) / nombre théorique = implexe (exprimé sous forme de %). Un pourcentage élevé indique un grand nombre de mariages entre ancêtres apparentés.

Les enfants d'un mariage entre cousins germains ont un implexe d'au moins 25%.

Le cas le plus célèbre d'implexe élevé est celui du roi d’Espagne Alphonse XIII qui, à la 11e génération, n'avait que 111 ancêtres différents au lieu des 1 024 théoriques ce qui donne un implexe de (1024 – 111) / 1024 = 89 %.

L'implexe se détermine pour une génération donnée. L'implexe pour une génération plus éloignée est obligatoirement supérieur ou égal à l'implexe calculé. (Source § Wikipédia)

 

 

Sources : Cette deuxième partie de ‘’Connaissances historiques, sociales et généalogie’’ a pu être réalisée grâce au merveilleux livre ‘’Trésors et Secrets de la Généalogie’’ de Jean-LouisBEAUCARNOT, excellent généalogiste, notre maître à tous. Merci à lui et à Wikipédia.

Partager cet article

Repost 0
Published by Reynaudrrcc - dans UN PEU DE CULTURE
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Reynaud Roger
  • Le blog de Reynaud Roger
  • : passionné de généalogie, je vous fais découvrir mes ancêtres, leurs villages natals, les anecdotes et un peu d'Histoire. Merci de l'aide morale et du soutien que m'apportent ma sœur adorée, Pétou
  • Contact

Profil

  • Reynaudrrcc
  • Tombé dans la marmite des généalogistes ou ''généanautes'', je passe mon temps à faire des recherches et toutes les anecdotes ou 'trouvailles' sont mises sur mon blog. Je remercie ma sœur Pétou pour sa patience et ses encouragements
  • Tombé dans la marmite des généalogistes ou ''généanautes'', je passe mon temps à faire des recherches et toutes les anecdotes ou 'trouvailles' sont mises sur mon blog. Je remercie ma sœur Pétou pour sa patience et ses encouragements

Recherche

Liens